COACHING ET DÉVELOPPEMENT DES PERSONNES DANS LES ORGANISATIONS

L’institut propose une diversité d’ateliers thématiques pour mieux répondre au besoin de sa clientèle. Consulter Activités et nouvelles pour les dates.

Si vous désirez plus d’informations, communiquez avec nous :

icon lettre info@institutpci.com

 

icon telephone

 514-383-8615 (Région de Montréal – sans interurbain)

 

icone sans frais

 appel sans frais partout au Canada 1-877-383-8615

  


 

LE SUCCÈS D’UNE ORGANISATION REPOSE D’ABORD SUR LES PERSONNES QUI LA DIRIGENT ET QUI L’OPÈRENT. 

COMMENT OPTIMISER LEUR POTENTIEL ? 

COMMENT MIEUX GÉRER LEURS RELATIONS ?

Pourquoi ce programme ?
Sujets abordés
Outils de base
Formule et coûts du programme
Animateurs
Références
 

C’est notre expertise, depuis 1970 avec les individus, depuis 1994 avec les groupes dans les organisations.

Nous enseignons des habiletés concrètes aux participants, pas seulement des idées. 

L’Institut a développé des programmes utilisant les outils de la PCI dans les organisations. Au fil des ans, nous avons constaté que ces outils, enseignés directement au sein du monde du travail, s’avéraient également très utiles pour améliorer l’efficacité, le bien-être, le pouvoir d’influence des cadres et des employés et, par voie de conséquence, d’optimiser le fonctionnement de l’entreprise. Un nombre croissant d’organisations utilise ces mêmes outils pour gérer le stress et les relations de travail de façon plus efficace.

Des habiletés pour mieux gérer :

  • le stress et les urgences
  • les situations de crise
  • les relations conflictuelles
  • les échanges hiérarchiques
  • l’épuisement professionnel

 Des habiletés pour accroître :

  • la capacité de concentration
  • le rendement
  • le bien-être au travail
  • l’harmonie relationnelle

Ce programme est disponible également pour les cadres sous forme d’entraînement au coaching.

 


 

Pourquoi ce programme ?

La qualité de vie au travail des employés joue un rôle au moins aussi important que la qualité du produit ou des services dans le succès d’une entreprise.

Quelques statistiques

En 1997, la Banque Royale et la firme Angus Reid ont effectué un sondage auprès de 1 000 travailleurs canadiens. Sur ce nombre, 18 % ont dit que leur milieu de travail était très stressant, tandis que 2 % ont avoué qu’ils pourraient craquer à n’importe quel moment. Cela veut dire que sur 1 000 employés, 20 sont dans un état émotif très fragile.

En 1998, une autre étude de la Banque Royale dévoile que 31 % des employés sentent qu’ils ont peu d’emprise sur ce qui se passe au travail. La violence et la dépression sont souvent le résultat d’un sentiment d’impuissance.

Un rapport produit par l’Organisation Mondiale du Travail (OMT) indique que le Canada occupe le cinquième rang des pays les plus violents en milieu de travail et ce, malgré un climat social serein et une qualité dans les rapports humains reconnue par d’autres pays. Nul n’est à l’abri des abus.

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) calcule que la violence, sous différentes formes, coûte 100 millions $ par année au Québec.

Les études récentes indiquent que les problèmes de « burn-out » ou « épuisement professionnel » coûtent, chaque année, plusieurs dizaines de millions de dollars aux entreprises.

 

 

Les sujets abordés

1. Améliorer les relations interpersonnelles

« Je ne peux pas m’entendre avec lui, il est impossible. Elle ne me comprend pas et me tombe sur les nerfs. Chaque fois qu’on se parle, on s’accroche. Il ne m’a pas dit bonjour, il m’en veut ou il ne m’aime pas. »

Malgré notre bonne volonté, certains styles de personnes nous dérangent plus que d’autres. Nous pouvons certes nous blâmer ou les éviter mais nous pouvons aussi apprendre à mieux gérer nos relations interpersonnelles à partir d’une nouvelle connaissance de notre style relationnel et de celui des autres.

Les formateurs enseignent des habiletés qui vous permettent d’interagir plus efficacement et d’aller chercher davantage ce que vous désirez dans vos relations personnelles et professionnelles sans vous enliser dans les sources de conflits.

2. Accroître la capacité de concentration

« Je n’arrive plus à me concentrer. Je fais des erreurs stupides. Je me sens dépassé. Je perds ma concentration rapidement. J’ai plus de difficultés à me concentrer sur mon travail dans telle situation. Il me semble que je pourrais être plus efficace. »

Reconnaître la source (temporaire ou habituelle) de ses difficultés d’attention et de concentration est essentiel pour retrouver pleinement et maintenir ses capacités.

L’apprentissage d’outils très concrets permet aux employés de rester plus présents et d’utiliser leurs ressources intellectuelles, émotives et personnelles de façon plus efficace et satisfaisante, tant pour eux-mêmes que pour la qualité de leur travail.

3. Améliorer les échanges hiérarchiques

« Je ne peux m’entendre avec ce patron. Je ne peux m’entendre avec cet employé. Je ne peux endurer qu’on me dise quoi faire, à moins que ce soit d’une certaine façon. Je suis sensible aux remarques ou aux critiques, j’ai l’impression qu’on me blâme et je me mets immédiatement à me défendre, ou je ne sais plus quoi dire et je m’en veux par la suite. J’ai tendance à remarquer ce qui ne va pas chez les autres plutôt que ce qu’ils font de bien. »

Les relations hiérarchiques, les relations avec les clients et les fournisseurs et les relations entre les différents services sont autant de situations qui stimulent souvent de vieux comportements relationnels inefficaces.

Une conscience plus claire des croyances que nous portons sur nos rapports aux autres, l’acquisition d’une nouvelle perspective et de nouveaux outils permettent de gérer les échanges hiérarchiques, tant de la part du supérieur que du subordonné, de façon plus saine et productive.

4. Gérer les situations de crise

« X est venu jouer dans mes plates-bandes, je suis en colère. Comment est-ce que je règle cela ? En situation de crise, je retiens mon souffle, je me contracte et je fonctionne, mais je me retrouve avec un mal de dos ou un mal de tête à la fin… Je perds mes moyens si je suis pris par surprise. En situation de conflit, je me raidis et je deviens agressive… ou je perds pied et j’essaie de gagner la paix d’une façon que je regrette souvent par la suite. »

Nous gérons souvent les situations de crise à partir de nos vieux réflexes comportementaux. Quels sont vraiment les meilleures attitudes et les meilleurs outils pour gérer efficacement ces situations ?

Dans le cadre des ateliers, les formateurs vous aident à mieux prendre conscience et préserver votre espace personnel, à développer vos capacités à reconnaître et contenir vos émotions, à mieux identifier les enjeux réels d’un conflit et surtout à adopter des outils de communication plus efficaces. 

5. Solutionner un problème, gérer une équipe

« Je finis toujours par m’en sortir, mais j’aimerais me sentir plus solide, plus compétent. Je gère mieux les problèmes que les personnes. Parfois, je sens que je manque d’outils pour régler les problèmes en tenant compte des personnes, ou je tiens trop compte des personnes par rapport au problème, je veux trop ne pas déplaire ou je me laisse trop influencer. »

Aider les individus à développer des habiletés à solutionner de façon optimale les problèmes, à savoir identifier l’essentiel et à établir les priorités en fonction de la situation et non de nos enjeux personnels en relations avec les autres. 

6. Gérer le stress et les urgences

« Je gère bien les situations de stress, mais c’est mon corps qui absorbe le coup. Parfois je me sens envahi par les problèmes à résoudre et c’est plus stressant. Devant les situations d’urgence, je suis très fonctionnelle, mais je m’épuise rapidement. Je gère mal le stress et je reste parfois bloquée face aux situations d’urgence; je me sens souvent épuisé. »

Découvrir les habiletés pour rester à un niveau de stress positif (le niveau de stimulation qui pousse souvent à se dépasser) et reconnaître les indices et les pièges qui pourraient amener vers la détresse (sentiment d’être inadéquat, incompétent ou dépassé) et l’épuisement professionnel. 

7. Diminuer les risques d’épuisement et d’accidents

« Je ne comprends pas ce qui m’arrive, je ne l’ai pas vu venir. Cela n’arrive qu’à moi; cela fait trop longtemps que j’endure. Je ne sais plus comment gérer le surplus de travail; il faut que je tienne le coup jusqu’à… »

Parfois les accidents ne sont que des accidents. Ils sont parfois le résultat d’habitudes inconscientes qui viennent entraver notre fonctionnement.

Développer les outils pour gérer plus efficacement son espace et ses limite et pour éviter l’épuisement et les accidents. 

8. Un rendement optimal

« Je ne comprends pas que cela ne fonctionne pas, j’ai tellement travaillé. Je n’en fais jamais assez. Je suis toujours déçue des autres. Je cours après trop de lièvres en même temps. Il faut que j’en fasse le plus possible. Comment ça se fait qu’elle ne fonctionne pas comme moi? Est-ce que l’entreprise va y gagner ? Qu’est-ce qu’il faut que je fasse pour être reconnue? Pourquoi pas moi? »

Identifier les 5 facteurs pour favoriser le rendement optimal.

 


 

Les outils de base

Des outils qui permettent à une personne de mieux gérer son bien-être à travers les mouvements et défis de la vie. Enseignés d’une manière simple et concrète, ils ont toute leur pertinence dans la monde du travail.

1. La présence

« Je suis conscient de ce qui se passe pour moi, de ce que je ressens et de ce qui se passe autour de moi. Je peux garder mon attention sur ma tâche sans partir dans la lune continuellement. Je peux rester en contact dans une relation sans penser à autre chose. »

2. La frontière

« Je sais et je sens ce qui m’appartient. Je mets mes limites, je dis ce qui me convient et ce qui ne me convient pas. »

Une frontière saine. Dans le milieu de travail, l’absence de frontière adéquate entraîne toutes sortes de problèmes relationnels et de fonctionnement : les conflits, le sabotage, la mauvaise répartition des tâches, les luttes de pouvoir, etc. Quand les gens n’ont pas de frontières claires, tout est négocié de façon indirecte, souvent gauchement et cela entraîne de la tension et de la méfiance.

3. Les enjeux personnels

« Je sais ce qui me pousse à agir ainsi. Quand je connais bien la source de mes réactions, j’ai le choix de mes actions. »

Aider l’individu à reconnaître ses enjeux personnels, ses croyances et ses modes de protection pour pouvoir les gérer de manière plus saine et éviter de les agir de façon inconsciente et d’en subir les conséquences.

3.1 L’agence

« Je fais toujours un effort supplémentaire pour satisfaire les autres, mes collègues, les patrons, etc. Je suis très déçu quand mes efforts ne sont pas reconnus ni appréciés. Je suis prêt à tout pour te satisfaire. »

Les candidats à l’épuisement professionnel sont souvent des personnes qui fonctionnent beaucoup à partir de l’agence.

3.2. Les croyances et conditionnements du passé.

Certains individus pensent, par exemple, qu’il faut réussir à tout prix, même au détriment de leur santé. D’autres ne se sentent jamais corrects, quoi qu’ils fassent. Ces croyances proviennent des enjeux relationnels du passé et viennent souvent alourdir notre vie et nos relations, malgré nos besoins et nos ressources actuels.

Des techniques structurées ainsi que différents outils permettent d’identifier rapidement certains de ces anciens enjeux et de les gérer de façon plus satisfaisante.

4. Retrouver sa solidité

Certaines situations nous font perdre pied : on se sent « en petits morceaux »

Une méthode simple en plusieurs étapes permet de retrouver rapidement sa cohésion interne et de maintenir son sentiment d’identité et de solidité pour plus longtemps.

5. Écouter sa voix corporelle

Développer sa conscience corporelle permet à l’individu de mieux tenir compte de ses capacités et de ses limites.

Les techniques de respiration s’apprennent très rapidement et sont d’une grande utilité pour gérer notre mieux-être. La respiration et la conscience corporelle permettent à une personne de s’apprivoiser à tolérer davantage les sensations et les émotions et à ainsi mieux contenir son expérience.

6. Les outils spécifiques

  • comment donner des ordres à des subalternes sans déclencher de résistances démesurées
  • comment animer une réunion importante en suivant ses objectifs et en ralliant les autres
  • comment donner un feed-back négatif sans détruire l’autre
  • comment composer avec les situations de crise ou d’urgence sans perdre pied ou s’épuiser
  • comment gérer une équipe de travail en crise
  • comment traiter les situations de bouc émissaire

D’autres outils de communication et de fonctionnement, adaptés à chaque situation, sont également proposés dans la cadre des ateliers de l’IDPO.

 

Formule et coût du programme

Le programme de formation enseigne les différentes habilités décrites ci-dessus à des groupes, dans le cadre d’ateliers intensifs, sous la forme de 6 ateliers de 2 jours consécutifs (soit un total de 72 heures). Les objectifs peuvent bien sûr être restreints ou étendus, selon les besoins. Des rencontres individuelles avec chaque participant sont possibles sur demande et elles sont alors facturées au tarif horaire de 120$ (80€).

Le coût : Individus

390$ (300€) + taxes par personne, par jour

Ce coût inclut les locaux, la formation avec un animateur accrédité en PCI ainsi que les collations durant les pauses.

Ce programme peut être donné par blocs de deux ou quatre jours en résidence dans un centre de formation situé à la campagne et offrant toutes les commodités. Le coût sera alors ajusté.

Groupes fermés

Prix ajusté selon l’ampleur des groupes et autres conditions

Pour un aperçu : Vous pouvez expérimenter ce programme grâce à un atelier d’introduction de deux jours.

Tous nos programmes sont reconnus comme formation de la main-d’œuvre par Emploi-Québec. Notre numéro d’agrément est : 0005229

L’IPCI est aussi reconnu comme maison d’éducation par les deux gouvernements

Pour tout autre renseignement, nous contacter

PROGRAMME OFFERT EN FRANÇAIS ET EN ANGLAIS.

 


 

Les animateurs responsables

Les ateliers sont animés par des intervenants qualifiés. Formés en PCI, les animateurs, membres d’ordres professionnels reconnus, sont des professionnels qui pratiquent depuis plusieurs années.

André Duchesne : coordonnateur et responsable du programme

Membre de l’Ordre professionnel des Psychologues du Québec, et psychologue en pratique privée depuis 1972, M. Duchesne est le directeur fondateur de l’IPCI. En plus d’une scolarité de doctorat en psychologie clinique (Université de Montréal), M. Duchesne détient le titre de formateur senior international en PCI. À sa vaste expérience clinique s’ajoutent de nombreuses activités d’enseignement (cégeps, Université du Québec et Université de Montréal, où il est chargé de formation clinique). M. Duchesne enseigne la PCI, donne des conférences, et anime des ateliers de formation à travers le Canada et en Europe depuis plusieurs années.

Ginette Lépine

Membre de l’Ordre professionnel des Psychologues du Québec et psychologue en pratique privée depuis 1996, Mme Lépine est active en enseignement et en animation depuis 1997 à l’IPCI. Forte de nombreuses expériences en création, elle contribue à l’enrichissement des programmes de formation en structurant des outils d’enseignement vivants et efficaces.

L’équipe des intervenants comporte d’autres professionnels dont les c.v. sont présentés avant les interventions.

 


 

Quelques références : Notre expertise

Ces outils et habiletés ont été enseignés à plus de 1000 professionnels (dont des consultants organisationnels) et plusieurs milliers de personnes dans les 12 instituts affiliés situés au Québec, au Canada, aux États-Unis et en Europe.

Des organismes qui ont utilisé ces ateliers

 
Organismes Références
Les Systèmes de formation et de gestion Perform inc. Mme Natacha Dupuis
M. Pierre Dorais
(514) 861-7000
Accès Cible M. Guy Rolland
(514) 525-8888
Réseau des Carrefours Jeunesse-Emploi du Québec Mme Sonia Godbout
(450) 449-0632
La Maison St-Hubert (Belgique)
début : 27 mars 2000
Sur demande
La Maison Arémis (Belgique)
début : septembre 2000
Sur demande
CPAS (Belgique)
mars 2001, juin 2005
Sur demande
Bombardier Aéronautique
septembre 2000 à mars 2001
Sylvia Duquette
Directions des écoles de la Région métropolitaine Université de Sherbrooke
Solareh Sur demande
Câdres de différentes entreprises  
Consultants pour entreprises